Équipe des IRSC sur la fragilité et le vieillissement  
              

PR #6: Échange de connaissances (TC), technologie de l’information (TI) et gériatrie

CHERCHEUSE PRINCIPALE : L Lapointe
COCHERCHEURS : F Béland, H Bergman
BOURSIERS POSTDOCTORAUX : I Vedel, C Mauriat
ÉTUDIANTS AU DOCTORAT: S Akhlaghpour, à préciser.

OBJECTIFS : 1) Établir l’ensemble des effets de la TI sur les soins aux personnes âgées, notamment l’échange de connaissances (EC), la qualité des soins, les pratiques exemplaires, la productivité, etc. 2) Élaborer un modèle de l’échange de connaissances qui définit a) ses divers effets sur les soins aux personnes âgées et b) le rôle et les caractéristiques des différentes parties prenantes. 3) Mesurer les effets de la TI sur les diverses dimensions de la prestation des soins en gériatrie, plus particulièrement sur l’échange de connaissances . 4) Évaluer l’échange de connaissances entre les parties prenantes afin de maximiser l’utilité des interventions pour toutes les parties visées.

MÉTHODES :Phases 1 et 2 : Typologie des effets et élaboration du modèle : Nous procéderons d’abord à une étude systématique des effets de la TI afin de mieux déterminer les constructs sous-jacents associés à l’utilisation de la TI et leur lien avec des interventions et pratiques efficaces et efficientes. Aussi, dans la foulée des travaux de Lavis et al., nous tenterons d’améliorer les cadres existants de TI et d’échange de connaissances pour les adapter au contexte particulier de l’élaboration de programmes et de politiques à l’intention des personnes âgées fragiles. De fait, bien qu’il soit généralement admis qu’il est impératif d’accroître les possibilités pour les organismes de recherche d’améliorer les soins par le biais de l’échange de connaissances, on reconnaît aussi qu’il peut être extrêmement difficile de transposer les résultats de recherche dans des interventions, pratiques et politiques.

Phase 3 : Nous utiliserons une méthodologie basée sur des études de cas comportant des unités d’analyse intégrées pour documenter les effets de la TI, en particulier sur l’échange de connaissances. La sélection des trois établissements sera fondée sur les similitudes et les différences (contexte, type d’intervention, participants). Comme les trois établissements sont déjà affiliés au projet, ils sont différents par définition, ce qui permettra une comparaison. Pour assurer une validité interne, trois sources de données seront utilisées : l’observation directe, la documentation et des entretiens approfondis. Les données recueillies au moyen de la documentation et de l’observation serviront à corroborer, à valider et à compléter les données obtenues dans le cadre des entretiens. Les données seront analysées en deux phases par induction analytique. Dans un premier temps, l’analyse intra-cas permettra de faire apparaître des profils uniques et d’acquérir une bonne compréhension de chaque cas. Dans un deuxième temps, l’analyse croisée révélera les profils communs et uniques.

Phase 4 : Nous utiliserons une stratégie de recherche-action participative en collaboration avec les différentes parties prenantes qui s’appuiera sur l’observation systématique, la réflexion et nécessitera ensuite, au besoin, une replanification. En collaboration avec toutes les parties prenantes, nous ferons un suivi du processus d’échange de connaissances afin de le contrôler, de l’ajuster et de l’améliorer au besoin, de manière à parvenir à mettre en œuvre des interventions plus opportunes et plus efficaces pour les personnes âgées. Les programmes et les politiques ne sont pas toujours adoptés ni établis à leur pleine capacité en raison d’une forte résistance de la part parties prenantes. Au moment de mettre en place des nouveaux programmes, pratiques ou interventions comme ceux proposés dans les projets de recherche 4 et 5, il devient donc crucial de déterminer les comportements de résistance ainsi que les sources de résistance, et de comprendre comment la résistance évolue avec le temps. Conformément aux objectifs de l’étude, nous évaluerons aussi la résistance chez les parties prenantes et, sur la base des théories préalables sur la résistance, nous nous assurerons de leur participation puisque les recherches passées indiquent que même si pour gérer la résistance, il faut parfois vaincre les comportements de résistance, dans d’autres cas, il faut aussi agir de manière stratégique en faisant collaborer les parties prenantes.

RÉSULTATS VISÉS : Ce projet de recherche permettra de mieux comprendre le rôle de la TI et les facteurs et processus qui conduisent à un échange de connaissances bidirectionnel réussi entre les parties prenantes. Les ajustements mutuels qui y sont liés conduiront à la mise en place d’interventions plus opportunes et efficientes pour les personnes âgées fragiles.

DÉLAI D’EXÉCUTION : O ctobre 2007-janvier 2008 : préparation; janvier 2008-juin 2008 : phase 1; juillet 2008-décembre 2008 : phase 2; 2009-2010 : phase 3; 2010-2011 : phase 4.

CADRE INSTITUTIONNEL : Étant donné que le projet inclut des étudiants diplômés de la Faculté de gestion de l’Université McGill, une partie des activités de recherche se fera dans les locaux de la Faculté. Aussi, pour favoriser une plus grande cohérence et un meilleur échange d’information, les participants se rencontreront une journée par semaine au bureau de Solidage pour travailler au projet.

 

 
 
© 2008-2013 Équipe des IRSC sur la fragilité et le vieillissement. Tous droits réservés.
Dernière mise à jour - 11 février 2013