Équipe des IRSC sur la fragilité et le vieillissement  
              

PR #3: Accès, utilisation et coûts des services sociaux et de santé associés aux profils et trajectoires de la fragilité.

CHERCHEURS PRINCIPAUX : F Béland, N Dubuc, M Rochon; Co-chercheur: M Tousignant.

INTRODUCTION : Les maladies chroniques, les incapacités et les problèmes cognitifs chez les personnes âgées, et les dépenses de santé qui y sont associées, sont concentrés chez une proportion relativement petite de cette population. Par ailleurs, plutôt que le vieillissement, c’est l’approche du décès qui expliqueraient une partie importante de coûts élevés des services de santé, et plus l’âge au décès est avancé, moins les coûts sont élevés. L’hétérogénéité des dépenses de santé chez les personnes âgées et leur évolution avec le vieillissement sont mal compris. Les chercheurs, les cliniciens et les planificateurs des services de santé aimeraient bien disposés d’un cadre de référence pour mieux les comprendre. La fragilité suppose une interaction complexe entre les éléments biologiques, psychologiques, cognitifs et sociaux qui la définissent et l’explique. Des études ont démontré que la fragilité était associée à une utilisation et des coûts élevés de services sociaux et de santé. Dans cette recherche, la fragilité sera considérée comme un des facteurs principaux qui explique l’évolution des coûts des services sociaux et de santé avec le vieillissement. .

OBJECTIFS : L’objectif général de cette étude est d’associer la fragilité à l’utilisation et les coûts des services sociaux et de santé. Les résultats permettront de mieux planifier les services de soins et les services sociaux ainsi que les programmes adaptés aux besoins des personnes âgées fragiles.

Ce but général s’articule autour de deux objectifs, soient :

1) La description, dans le temps, de l’accès, de l’utilisation et des coûts des services sociaux et de santé des personnes âgées fragiles;

2) Et l’étude de la correspondance entre les profils et les trajectoires de fragilité avec l’accès, l’utilisation et les coûts

MÉTHODES: L’accès, l’utilisation et les coûts des services sociaux et de santé de chacun des participants (des études longitudinales de NuÂge et des CSSS) seront examinés sur toute la durée des collectes de données. Les données sur l’utilisation et les coûts proviendront des banques de données administratives (RAMQ, MedÉcho, iCLSC, Urgence Santé, etc.) et des dossiers patients (Hôpitaux, CLSC,…). La fragilité sera obtenue auprès de deux échantillons de personnes âgées du Québec.

ÉCHANTILLONS :
Échantillon 1- Les données de l’étude longitudinale de NuÂge examinent, sur trois ans, 1763 personnes âgées de la région de Sherbrooke. Parmi ces personnes, 1300 ont accepté de donner accès à leurs dossiers administratifs et médicaux. Cet échantillon permettra d’introduire les dimensions biologiques et physiques de la fragilité, dimensions difficiles à mesurer sur de grands échantillons représentatifs de la population âgée. Un portrait complet de l’état de santé des personnes âgées sera disponible pour étudier l’accès, l’utilisation et les coûts des services sociaux et de santé.

Échantillon 2- Trois échantillons de personnes âgées de l’étude FRÉLE, représentatifs des populations de personnes âgées seront utilisés. Ils comprennent 1600 personnes âgées réparties dans trois CSSS provenant de milieux métropolitain, urbain et semi-urbain (Saint-Laurent-Bordeaux-Cartierville à Montréal, Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke [CSSS-IUGS] et celui Des Érables).

MESURES DE L’ACCÈS, DE L’UTILISATION ET DES COÛTS : Les services sociaux et de santé correspondent à l’ensemble des services publics utilisés par les personnes âgées fragiles. L’accès, l’utilisation et les coûts seront évalués. L’accès est un paramètre dichotomique, une personne âgée a accès ou non à un service. L’utilisation est une mesure d’intensité. Elle est obtenue par le nombre de visites chez le médecin, la durée d’hospitalisation, le nombre d’heures passées à l’urgence ainsi que le nombre d’heures de services infirmiers ou de services sociaux à domicile utilisés. Les coûts sont basés sur l’intensité des services utilisés pondéré par unité de coût.

ANALYSES STATISTIQUES : Les données d’accès, d’utilisation et de coûts seront regroupées selon trois niveaux d’agrégation. Au niveau le plus haut, seulement les coûts seront considérés pour obtenir le total des coûts. En deuxième lieu, l’accès, l’utilisation et les coûts des services institutionnels d’un côté puis ceux des services cde proximité de l’autre seront estimés. Troisièmement, l’accès, l’utilisation et les coûts des services les plus fréquents seront reliés aux profils et aux trajectoires de fragilité : hospitalisation et soins intensifs, visites à l’urgence, soins infirmiers institutionnels, soins infirmiers et sociaux à domicile, prescriptions médicamenteuses et visites aux médecins de familles ou aux spécialistes.

RÈGLES DE CONFIDENTIALITÉ : L’information sera gardée dans une pièce sous clé et conservée dans des filières elles-mêmes barrées. Les données seront aussi transformées pour être complètement anonymes.

NATURE DE CETTE RECHERCHE : Il s’agit d’une étude secondaire. Seulement les participants ayant donnés leur consentement pour l’utilisation de leur numéro d’assurance sociale afin d’examiner leur dossier administratif et médical pourront être inclus dans cette étude.

RÉSULTATS VISÉS : La contribution de la fragilité à l’ensemble des coûts de services sociaux et de santé ainsi que les coûts individuels en fonction des services institutionnels, communautaires ou de soins prolongés sera établie. La façon dont l’accès, l’utilisation et les coûts vont évolués en fonction du changement de l’état de fragilité des personnes âgées, va être disponible à nos partenaires pour planifier les différents programmes de services de soins adaptés à ces personnes.

 

 
 
© 2008-2013 Équipe des IRSC sur la fragilité et le vieillissement. Tous droits réservés.
Dernière mise à jour - 11 février 2013